1er jour : Eindhoven, Anvers et Bruxelles

Notre première journée s’achève. Et quelle journée ! Voici le résumé de ce mercredi 3 juillet.

La visite d’Eindhoven

Ce matin, nous avons visité le centre d’Eindhoven avec notre ami Robert. Nous avons notamment vu la mairie, le musée, l’église Catharina, le centre commercial, la place principale…

pont

photo

L’architecture est assez similaires aux villes du nord de l’Europe : les rues se ressemblent et il y a beaucoup de maisons en briques foncées de 2 à 3 étages. A l’hypercentre, les rez-de-chaussées sont très souvent des pubs, des restaurants ou bien des commerces. Eindhoven est aussi LA ville du design. Ainsi, on peut observer de nombreux ouvrages avant-gardistes, qu’il s’agisse de buildings, de la gare ou de différentes sculptures un peu partout dans la ville.

centre

Plus en périphérie, il y a de nombreux bâtiments industriels, preuve de l’importante activité dans la région. D’ailleurs, c’est à Eindhoven qu’est  née Philips. La société y a d’ailleurs laissé une trace importante : la light tower. Il y a également le fameux stade Philips du PSV Eindhoven.

La ville est très animée, que ce soit le jour ou la nuit. Dès le petit matin, les gens ont vraiment la pêche, les terrasses des cafés sont pleines, les gens sont souriants, avenants, agréables.

Pendant la visite de la ville, nous avons croisé un stand qui vendait des « Hollandse Niewe ». Ce sont des petits harengs préparés avec des oignons. Ils sont « niewe » parce que ce sont les premiers de la saison. Robert nous en a fait goûter, c’était une drôle d’expérience de manger ça à 11h30 le matin.

harang

On peut voir beaucoup de vélos partout dans la ville. C’est le premier moyen de circulation. Les aménagements pour les cyclistes sont très nombreux. Il faut dire qu’aux Pays-Bas, le vélo est ancré dans la culture. Les Hollandais vivent à vélo ! Ils vivent même pour le vélo ! A cet instant, comment ne pas penser à Florence, notre sponsor de la Maison Ardure, qui a vécu et travaillé quelques années à Eindhoven. Nous y avons passé quelques heures seulement mais elles furent vraiment super !

garage-velo

En début d’après-midi, il a fallu partir sur la route. Adieu Eindhoven et surtout au revoir Robert. Je repensais à tous les bons moments passés avec lui à Auch en me disant « on le reverra sans doute pas de si tôt. Peut-être jamais ? ». Mais il a promis de passer nous voir à Auch à l’automne. Robert est vraiment l’archétype du type génial qui ne se prend pas la tête et est sympa avec tout le monde. Il va sérieusement me manquer !

Notre ami nous a donc laissé au bord de la route, à quelques pas de l’entrée de l’autoroute.

Les débuts en auto-stop

Postés au bord d’une avenue en plein dans la zone industrielle, nous avons commencé le stop. Sur les conseils de Robert, nous avons divisé le trajet en deux étapes : Eindhoven > Anvers puis Anvers > Bruxelles. On a donc pris notre petit tableau et écrit « Antwerpen » (Anvers). Plus de 80% des gens qui passaient sans s’arrêter nous faisaient des sourires ou des signes du pouce, voulant sans doute nous dire en signe de solidarité « Je t’aurais bien pris mais c’est pas ma direction ».

carte

Après 20 minutes, on a compris que l’endroit où on s’était installés n’était sans doute pas le meilleur car les gens n’avaient pas d’endroit pour s’arrêter. On a donc décidé de rebrousser chemin sur l’avenue et de nous poster à un endroit où les gens pourraient nous voir et avoir le temps et surtout la place de s’arrêter.

Et en effet, quelques minutes après, deux femmes d’environ 45-50 ans nous ont fait monter dans leur voiture. Leur coffre était plein et il y avait aussi deux grosses valises à l’arrière. Qu’importe, on est montés, on a mis nos sacs à dos sur les genoux, on était serrés comme des sardines mais on avait trouvé notre première voiture ! L’une des deux femmes nous expliquait en anglais qu’elle avait fait le tour du monde à vélo pendant 7 ans. Comme quoi les rencontres que l’ont fait aux hasard sont les plus intéressantes. Le trajet a duré environ 3/4 d’heure. On aurait aimé rester plus longtemps avec elles pour discuter mais elles nous ont laissé à l’entrée d’Anvers. C’est une ville que l’on aurait bien voulu visiter mais il était déjà tard et il fallait avancer sur la route.

Anvers : mais dans quelle direction est Bruxelles ?


La route pour Bruxelles ? par bravonslaroute
Les conductrices qui venaient de nous déposer nous avaient indiqué la direction de l’entrée de l’autoroute pour Bruxelles. Le soucis, c’est qu’aucun panneau n’indiquait cette direction. On a donc du demander à plusieurs personnes mais bizarrement, personne ne savait nous renseigner. C’est finalement un homme à vélo qui nous a indiqué la direction. Après quelques km de marche, le panneau de la direction de Bruxelles était ENFIN là !

Le meilleur endroit pour faire du stop était sans doute l’entrée de la bretelle d’autoroute.

Et là ce n’était pas la même histoire qu’à Eindhoven. Les gens passaient sans même nous regarder… La différence culturelle est énorme. Il a fallu attendre une bonne heure avant de trouver un conducteur avec une vielle Mercedes qui roulait cependant très bien. Il nous a expliqué qu’il travaillait comme agent d’escale à l’aéroport de Bruxelles. Le trajet a été rapide parce qu’Anvers n’est pas loin du Bruxelles.

hitchhicking

L’arrivée de tous les dangers à Bruxelles

Ce chauffeur nous a déposé à une soit disant sortie d’autoroute. Lui continuait son chemin donc il n’a pas voulu sortir de l’autoroute. Il nous a en fait laissés en plein milieu de la deux-voies et nous du marcher pendant 2 ou 3 km au bord de la barrière de sécurité. Ce n’était pas vraiment dangereux car la bande d’arrêt d’urgence était large, mais on a tout de même sorti nos gilets jaunes par précaution. Au bout d’un moment, on a trouvé la fameuse sortie. En fait, il s’agissait d’une dérivation sur le périf de Bruxelles. Donc encore une autoroute où il était strictement impossible de faire du stop.

Par chance, c’était l’heure de pointe et les embouteillages nous ont permis de trouver un chauffeur d’origine marocaine à qui Oussama a tout expliqué et il nous a sauvés de cette galère. Ce mec a vraiment été génial parce qu’il a fait un détour pour nous montrer l’atomium, le monument emblématique de la capitale. Il nous a ensuite emmené dans son quartier d’enfance, où nous avons pris le tram jusqu’à la gare de l’ouest, puis le métro jusqu’à chez Mehdi, un ami d’Oussama étudiant en médecine. Après un petit repas dans le quartier de l’Université Libre de Bruxelles, on est allés tranquillement se coucher : cette première journée a été formidable mais éprouvante !

ADD YOUR COMMENT